Les morts n'ont pas tous la même peau

Titre inédit d'Ancrages sur la compilation de soutien aux prisonniers de Villiers-le-Bel.

Le 25 novembre 2007, Lakhamy Samoura et Moushin Sehhouli décèdent suite à la collision de leur moto avec une voiture de police, à Villiers-le-Bel. Les policiers quittent leur véhicule et s’empressent de fuir la scène. Quelques heures plus tard, la version officielle, relayée par les médias, est établie : les policiers ne sont pas responsables, la mort des deux adolescents, dont on salit la mémoire en les présentant comme des délinquants, est due à leur imprudence.

Face au mensonge d’État, la colère de centaines d’habitants de tous âges explose. Les trois nuits de révoltes seront matées par l’envoi de centaines de policiers. Plusieurs dizaines de policiers sont blessés, notamment par des tirs d'arme à feu, le président de la république demande que des têtes tombent pour laver l'affront. A la « pacification » policière succède une longue phase de répression judiciaire.

Trois séries de procès ont eu lieu, apportant chacun leur lot de condamnations. Depuis février 2008, Abderrahmane et Adama Kamara sont incarcérés. Condamnés sans preuves et essentiellement sur la base de témoignages anonymes rémunérés, en 2010, puis en appel en 2011, à des peines de 15 et 12 ans de prison, les frères Kamara ont fait les frais d’un procès pour l’exemple.

A l’inverse, les rares procès où des flics ou des matons sont mis en cause pour violences, ou même homicides, aboutissent à des non-lieux, des acquittements ou des peines dérisoires. Depuis bientôt 6 ans, après une série de non-lieu et de renvois, le flic responsable de la mort de Lakhamy et Moushin a eu droit à un procès mené par un juge complice complice et un procureur complaisant qui a demandé sa relaxe.

Les familles des victimes attendent toujours que Vérité et Justice soit faite. Parce que de Amiens à Marseille, les crimes policiers, les révoltes et la répression se répètent, parce que les violences policières et la prison touchent au quotidien les quartiers partout en France, les initiatives de solidarité doivent se multiplier. Avec cette compilation, des rappeurs de toute la France se mobilisent pour lutter contre les crimes racistes et sécuritaires.

Les bénéfices de la compilation seront intégralement reversés aux prisonniers.

Liberté pour les frères Kamara !

Ancrages
Leur laisser la France

Livre 128 pages / CD 11 titres

Un livre-album bâti de récits polyphoniques puisés dans les failles de l’hexagone, là où nos histoires lui échappent.
Construire nos mondes, tracer nos lignes, déserter la France.
Comme le pouls de notre vingtaine à rôder dans ces lieux occupés.